Vous êtes ici

Interview de Baptiste Herbin

Entretien avec Baptiste Herbin, talentueux saxophoniste et professeur au conservatoire à Rambouillet
 
  © Morgan Roudaut
Rambouillet Territoires : Comment est née votre envie de faire de la musique ? Et pourquoi particulièrement du saxophone ?
Baptiste Herbin : Cela vient de mes parents. Mon père était artiste, sculpteur, scénographe… Il faisait des décors pour la télévision, le théâtre… J’ai baigné dans le monde artistique.
Mes parents étaient amateurs de musique ; ma mère faisait un peu de guitare mais personne n’en pratiquait professionnellement.
En ce qui me concerne, j’ai voulu faire du saxophone à partir de 4 ans. Je ne sais pas pourquoi ! Sans doute un son qui passait par là et qui a dû retenir mon attention… J’ai d’abord commencé par le piano vers 5 ans, dans une école du village, et après le saxophone à 11 ans.
 
Rambouillet Territoires : Où avezvous fait vos premiers apprentissages ?
Baptiste Herbin : J’ai pris des cours avec Jean‑Louis Mounier à Épernon. Puis, je suis allé un an à Chartres et à Paris, pour apprendre avec Jean-Charles Richard qui est un grand saxophoniste. Enfin, j’ai étudié au conservatoire de Paris dans la classe de jazz.
Ensuite, je dirais que j’ai été un peu autodidacte. Je suis sorti sans diplôme, sans rien, et je me suis fait mes contacts et projets moi-même. C’est un peu ainsi que ça se passe dans le métier !
 
 
Rambouillet Territoires : Vous avez déjà sorti un 1er album avec plusieurs compositions originales. Comment composez-vous ? Quelles sont vos inspirations ?
Baptiste Herbin : Je compose en fonction de mon parcours : ce que j’ai entendu, ce que j’ai fait dans les mois qui précèdent, les dernières collaborations, les enregistrements et puis surtout, les découvertes ! Étant curieux, j’écoute toujours tout ce qui sort, dans tous les styles de musique : jazz, classique, musiques du monde… Les musiques malgaches et brésiliennes notamment m’inspirent. Enfin, ce qui amène aussi des idées, c’est l’entourage : la famille, les amis, un évènement - qui peut être positif ou non…
 
Rambouillet Territoires : Il y a-t-il des saxophonistes qui vous ont particulièrement influencé ?
Baptiste Herbin : Il y en a beaucoup ! Quand on commence dans ce métier et qu’on est autodidacte, on se cherche soi-même. On est obligé, comme avec ses propres parents, d’avoir des modèles. On commence par l’imitation, l’envie de « ressembler à… », et puis, à partir de ces modèles-là, on va aller plus loin... J’ai été influencé par de grands saxophonistes comme Charlie Parker, Cannonball Adderley ; des chanteuses, comme Billie Holiday, Elis Regina, mais aussi, des compositeurs tels que Debussy, Ravel, Bach.
 
Rambouillet Territoires : Vous animez des ateliers jazz au conservatoire à Rambouillet. Pourquoi vous-êtes-vous tourné vers la pédagogie ?
Baptiste Herbin : La pédagogie, j’ai toujours aimé ça ! Je donne des cours particuliers de saxophone depuis presque 10 ans. J’ai aussi animé des ateliers au conservatoire du Xe arrondissement à Paris (en remplacement de Pascal Gaubert) et je fais régulièrement des master class dans le monde entier.
Quand Salvatore Pace, directeur du conservatoire de Rambouillet Territoires, m’a proposé d’animer un atelier, cela m’a tout de suite intéressé !
 
Rambouillet Territoires : Qu’avez-vous le plus envie de transmettre aux personnes que vous formez ?
Baptiste Herbin : Au conservatoire à Rambouillet, j’ai beaucoup de jeunes. La plupart sont là pour s’extérioriser. Ils doivent apprendre à se lâcher, à se détacher de la lecture de notes, à improviser comme en improvisation théâtrale. Au début, ils ne veulent pas, ils n’osent pas et après, quand ils y parviennent, ils s’amusent comme des fous ! Aider ces jeunes dans la découverte d’eux-mêmes, c’est ce qui est beau et plaisant dans ce métier.
Et puis, la seconde chose qui me tient à cœur, c’est de transmettre le savoir, la culture… J’ai des élèves qui ont souvent une bonne connaissance musicale de par leurs parents, qui connaissent la musique classique mais qui connaissent moins le jazz et je leur fait donc découvrir cet univers. Je pense qu’ensuite, toute leur vie, ils s’en souviendront ! Ils iront peut-être à des concerts et auront une petite culture de cet univers musical.
 
Rambouillet Territoires : En dehors du saxophone, avez-vous d’autres passions ?
Baptiste Herbin : Plusieurs ! Les voyages, surtout. L’Histoire, de France mais aussi de tous les autres pays. La cuisine, la bande dessinée, l’art plastique… Ayant un père artiste, j’ai fait notamment beaucoup de peinture.
 
Rambouillet Territoires : Merci Baptiste !