Vous êtes ici

Semaine des entreprises

Du 2 au 6 novembre, le service développement économique de Rambouillet Territoires a organisé la « semaine des entreprises ». Les entreprises Rambol, Dupont Restauration, Rouxel, Crubilé Sport et la Brasserie de la Vallée de Chevreuse ont ouvert leurs portes aux chefs d’entreprises du territoire.

Vous avez manqué l’évènement ? Résumé de cette semaine…

RAMBOL

Lundi 2 novembre, une dizaine de chefs d’entreprises ont visité l’usine Rambol (Saint-Arnoult-en-Yvelines), spécialisée dans la fabrication de fromages fondus avec une gamme grand public de produits décorés (noix, poivre) ou aromatisés, destinés à la table de coupe et à des usages sur plateau de fromages ainsi qu’une gamme PAI (Produits Alimentaires Intermédiaires) à destinations d'industriels, notamment dans le secteur traiteur.
 
« Empruntant son nom aux habitants de Rambouillet, le Rambolitain est devenu en 1970 le désormais célèbre Rambol. »
 
Lors de la première partie de la rencontre, Jean-Yves Grappe, directeur de l’usine, a présenté l’historique de l’entreprise. Ainsi, le « Rambolitain », mélange de fromage et de noix, a vu le jour dans les années 60 « à la ferme des Bordes », crèmerie du centre-ville de Rambouillet. Fort de son succès, sa fabrication a nécessité de nouveaux locaux et c’est en octobre 1969 que M. et Mme Aumont (fille de la crémière de Rambouillet) ont transféré l’activité à Saint-Arnoult-en-Yvelines. Quelques mois plus tard, l’usine actuelle y fut édifiée et la société Rambol naît en 1970. « Le Rambol aux noix », son premier fromage décoré, est lancé la même année.
 
« Notre vocation : entreprendre pour bien nourrir l’homme. »
 
En 1975, Rambol devient une des filiales du groupe Bongrain qui en 2015 change de nom et devient SAVENCIA Fromages & Dairy, actuellement 2e Groupe fromager français et 5mondial. Ce rachat a notamment permis à la marque de se déployer plus largement. Aujourd’hui, elle est présente dans une vingtaine de pays (États-Unis, Arabie Saoudite, Danemark, Guadeloupe, …). La France représente 32,5 % de son chiffre d’affaires.
Les produits Rambol restent néanmoins assez saisonniers : « Ce sont des produits festifs. Nous vendons 2,5 fois plus pendant les fêtes de fin d’année. »
 
Lors de la visite de l’usine, les chefs d’entreprises ont pu découvrir la fabrication du Rambol aux noix. Le processus est complexe car la pâte alterne des couches crémeuses de fromage et des couches croquantes d’éclats de noix. Sa surface est quant à elle décorée, manuellement, par des cerneaux de noix entiers. À toutes les étapes, la sécurité et l’hygiène sont des éléments primordiaux.
L’entreprise emploie une centaine de salariés.
 
À la fin de la matinée, les chefs d’entreprises ont pu échanger sur des problématiques locales telles que le réseau de transport indigent, les difficultés en matière de recrutement, …
 
   

DUPONT RESTAURATION

Mardi 3 novembre, c’est la cuisine centrale de Dupont Restauration, située sur le parc d'activités Bel Air - La Forêt (Gazeran), que des chefs d’entreprises du territoire ont eu l’opportunité de visiter.
 
Le groupe Dupont Restauration est un leader de la restauration sous contrat. Il emploie plus de 2 200 salariés répartis sur 500 sites de restauration. À Gazeran, l’essentiel de l’activité porte sur la confection de repas pour la petite enfance (crèches), les personnes âgées (portage à domicile), les entreprises et la santé. Actuellement, ce site emploie une trentaine de salariés et 4 000 couverts sont confectionnés et livrés par jour.
 
« Fournir la bonne prestation au bon client. »
 
La visite de la cuisine centrale a permis de mettre en avant toutes les particularités liées à ce domaine d’activité. D’abord, en matière d’hygiène et de règlementation, du fait des denrées alimentaires manipulées. Ensuite, le fait qu’il faille s’adapter très précisément au client visé. En effet, les menus ne sont pas conçus de la même manière selon qu’ils s’adressent à un nourrisson, un enfant ou un adulte ; aussi bien en termes de composition qu’en termes de textures.
 
Lors de cette rencontre, Anne Bruna, directrice de la cuisine centrale de Bel Air, a précisé que les axes de progression du site étaient à plusieurs niveaux :
  • Les volumes : « L’objectif est de passer à 20 000 repas par jour dans les 5-6 années qui viennent ».
  • La clientèle : pénétrer davantage le secteur de la santé (hôpitaux…)
  • Le marché : développer le marché dans la région parisienne (zone très concurrentielle)
   

ROUXEL

Mercredi 4 novembre, c’est l’entreprise Rouxel qui accueillait dans le cadre de cette « semaine des entreprises ». Située à Saint-Arnoult-en-Yvelines, Rouxel est une société spécialisée dans la fabrication de moules d’injection plastique hautes performances. Ces moules sont destinés à l’industrie :
  • agroalimentaire (cuillères doseuses, couvercles, moulins à poivre, barquettes…) 
  • médicale (bobines, seringues, filtres…)
  • pharmaceutique (bouchons, tubes…)
  • cosmétique (diffuseurs, pots…)
  • horticole (pots, clayettes…)
 
« Notre ambition est que Rouxel soit reconnue dans les moules d’injection de haute précision pour le packaging au niveau international. »
 
L’entreprise familiale, créée en 1972 par Claude Rouxel, génère aujourd’hui un chiffre d’affaires de 7 M € (71 % les moules ; 23 % la révision/maintenance et 6 % la fourniture des pièces de rechange). Le site emploie 70 personnes.
 
Les personnes présentes à la visite ont pu découvrir un parc de machines à la pointe de la technologie ainsi que d’impressionnants moules de plus de 7 tonnes.
 
  

CRUBILÉ SPORT

Jeudi 5 novembre, c’était au tour de Sébastien Crubilé, directeur de Crubilé Sport, de recevoir les chefs d’entreprises.
 
Crubilé Sport est une entreprise familiale. C’est l’histoire d’un père, Jacques Crubilé - passionné de voiture de sport, et tout particulièrement de Porsche - qui transmet sa passion à son fils, Sébastien… Jacques Crubilé ouvre son premier garage en 1975, il est agent BMW. En parallèle il assiste de nombreux pilotes, tel que Dany Snobeck sur Porsche 911 3.0 RSR. Sébastien, lui, parfait sa culture technique en travaillant dans des bureaux d’études automobiles, participe à des courses de karting et fait de l’assistance sur circuit pour les courses de Véhicules Historiques de Compétition (VHC : Tour Auto…). L’aventure débute en 2002, à Bures-sur-Yvette puis, depuis un an, à Gazeran sur le parc d’activités Bel Air - La Forêt. Le père transmet son expérience et son savoir ; le fils apporte la touche de modernisme nécessaire à la pérennité de l’entreprise.
 
Crubilé Sport est une entreprise créée par des passionnés… pour des passionnés : des particuliers qui souhaitent faire entretenir, réparer ou restaurer des véhicules historiques (ou modernes) de compétition qui seront amenés à rouler sur route ou sur circuit. Leur travail est parfois comparable à celui d’un grand horloger tant il s’agit de mécanique de très haute précision. L’atelier a vu ou voit défiler les modèles les plus prestigieux de la marque : 356, 550, 904, 906, 907, 908, 910, 962… Une des particularités du site : l’atelier est équipé d’un banc de puissance, pour tester les moteurs ou effectuer des rodages de véhicules à 2 roues motrices. Il est installé dans une salle d’essai insonorisée car les tests peuvent être réalisés sur des moteurs allant jusqu’à 1 000 CV.
 
Voilà ce qu’il se passe sur le devant de la scène, au 5 rue Maryse Bastié. Sachez également qu’en coulisse, il arrive parfois à Sébastien Crubilé et à son équipe de prendre la route afin de participer à des courses… et non des moindres : les 24 Heures du Mans Historiques, le Tour Auto, le Tour d’Espagne, les 24 Heures de Dubaï en 2013 et 2014… et Sébastien, à titre personnel, a couru les 24 heures du Mans en 2013.
 

  

LA BRASSERIE DE LA VALLÉE DE CHEVREUSE

Vendredi 6 novembre, c’est à la Brasserie de la Vallée de Chevreuse que les chefs d’entreprises du territoire avaient rendez-vous.
 
Installée depuis 2008 à Bonnelles, la Brasserie de la Vallée de Chevreuse a été créée par Emmanuel Rey. Vinificateur de formation, c'est au cours d'un séjour aux États-Unis qu'il découvre le phénomène de la micro-brasserie.
 
« L’envie de devenir brasseur m’est venue en 2006, aux États-Unis, alors que j’évoluais dans le milieu viticole. Là-bas, j’ai goûté des bières surprenantes et complètement différentes de ce que j’avais pu boire jusqu’ici. »
 
Tout s’enchaîne alors rapidement : un stage à la Brasserie Sancerroise en juillet 2007, une formation à l’IFBM de Nancy et de nombreux essais dans la cuisine familiale pour mettre au point les recettes. En avril 2008, la brasserie s’installe à Bonnelles.
 « Je voulais m’installer en Île-de-France parce qu’il y avait un attrait pour les produits du terroir et pas trop de concurrence. Je cherchais un endroit avec un cadre agréable et une forte identité territoriale ; l’enthousiasme avec lequel le Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse m’a accueilli m’a encouragé à poser bagages à Bonnelles. »
 
Actuellement, la Brasserie de la Vallée de Chevreuse propose une gamme composée d’une dizaine de bières. Des bières saisonnières, comme la bière de Noël et de printemps, viennent également chaque année compléter l’offre. Mais cela ne devrait pas s’arrêter là ! En effet, Emmanuel Rey imagine sans cesse de nouvelles recettes en se basant sur d’anciennes recettes locales et sur des ingrédients issus du parc, telles que les céréales ou les herbes aromatiques.
 
« Une bière, ce qui fait la différence, c’est la recette ! Ce qui m’intéresse c’est le côté inventif. Cette année j’ai fait de la bière au cacao, au café, poivre rose… »
 
Qu’elle soit blonde, brune, ambrée, triple, … la bière de la Vallée de Chevreuse est un produit naturel, non filtré et non pasteurisé. La production annuelle est de 1 500 hl par an, assurée avec le concours de trois employés. Elle est écoulée soit en vente directe à la brasserie, soit localement à un réseau de cavistes, épiceries fines, magasins bio, …
 
La bière produite s’appelle « la Volcelest », du vieux français « Vois, c’est lui », désignant l’empreinte fraîche du pied de l'animal de chasse. Et, pour exprimer l’attachement à la production locale, l’emblème choisi est celui du cerf.