Vous êtes ici

TÉMOIGNAGES

Madame C., 87 ans, bénéficiaire du CIAS

« Voilà trois mois qu’Élisabeth, aide à domicile, m’accompagne. J’ai la visite d’une autre aide à domicile le vendredi, Évelyne. Je suis très contente du CIAS. Élisabeth vient deux heures le lundi et Évelyne vient une heure et demie le vendredi. Élisabeth fait le ménage puis ensuite nous nous baladons. Le vendredi c’est le jour des courses donc nous y allons ensemble, ensuite nous allons nous promener dans le parc. Nous nous asseyons et nous regardons les canards ! C’est vraiment agréable.

Cela fait presque vingt ans que j’habite ici. Cette année il a fait très chaud, c’est donc bien d’avoir quelqu’un qui s’occupe de vous dans ces situations. Et puis, sans cette compagnie, j’ai tendance à m’ennuyer. Mes grands garçons ne viennent pas souvent, ils me téléphonent mais ce n’est pas pareil. Cela fait trois ans qu’une aide à domicile du CIAS me rend visite. Je me suis adressée à cet établissement car une autre dame dans le village le faisait déjà et en était très satisfaite.  Ma seule autre occupation, c’est un après-midi au club de Bullion le mardi. J’y retrouve des amis du village et on fait des parties de jeux de société. J’ai également ma chatte qui me tient compagnie, elle est très gentille. J’ai bientôt 87 ans et je suis en bonne forme, alors tout va bien ! »

Élisabeth, aide à domicile du CIAS

« J’ai commencé à travailler au CIAS de Rambouillet Territoires en mai 2014. Au total, nous sommes une quarantaine d’aides à la personne au CIAS, aides à domicile ou auxiliaires de vie. Nous nous rendons dans toutes les communes du territoire. Moi qui habite à Ablis, je vais jusqu’à La Celle-les-Bordes ou Mittainville par exemple. J’ai été assistante maternelle pendant dix ans, principalement parce que j’étais moi-même maman. Maintenant que mes enfants sont plus grands, j’ai complètement changé d’horizon et je me suis tournée vers le CIAS. Cela me plaît beaucoup car j’ai la possibilité de bouger, de discuter et j’ai conservé l’aspect humain. Je vois une vingtaine de personnes par semaine. C’est très différent mais tout aussi bien. »